Bruce Springsteen & The E Street Band-The Promise NYC 78, Springsteen Explores a Time of Darkness

Elysa Gardner : USA Today

The Promise, the Making of Bruce Springsteen’s Darkness on the Edge of Town.

NEW YORK — Bruce Springsteen still writes songs the old-fashioned way. Which is to say The Boss keeps his initial creative process low-tech.”I’ve got this big fat notebook,” he says, holding his hands out for emphasis and flashing a distinctly self-deprecating grin. “It’s the same kind I’ve always used, with everything written in longhand.”In the documentary The Promise: The Making of Darkness on the Edge of Town, which makes its debut Thursday on HBO (9 p.m. ET/PT), black-and-white footage shows a 27-year-old Springsteen leafing through such a notebook while working on Darkness on the Edge of Town, the 1978 album that cemented his reputation as a great American troubadour. A three-CD, three-DVD box set including the film, features an 80-page simulation, complete with facsimiles of his scribbled lyrics, song ideas and recording and personal notes from that era.Its blue cover suggests an item favored by schoolchildren since long before the Information Age. “My new notebook looks just like that,” he confirms. “Maybe the color’s different, but that’s all.”Perhaps that’s fitting, given the 61-year-old rock icon’s response to watching himself and his longtime collaborators in the E Street Band as young men in director Thom Zimny’s film. It premiered to wide acclaim in September at the Toronto Film Festival.“A lot has changed, and yet not very much has,” Springsteen says, looking fit and relaxed in a plaid shirt and jeans as he chats in a Midtown hotel room. “We all know a lot more about what we’re doing now, which is good, because we were truly amateurs at the time. But the same intensity remains about making music — the idea that it should matter, that it should be worth thinking hard about.”

HBO_the-Promise_.jpgA turning point

Indeed, The Promise— which juggles footage of rehearsals, studio sessions and performances from 1976 to 1978 with new interviews with Springsteen, E Streeters and other colleagues — traces the recording of Darknessand the hard-won personal and artistic growth marked by the album, Springsteen’s fourth.Darkness was delayed by a lawsuit pitting Springsteen against then-manager Mike Appel, who had co-produced previous albums, including Born to Run, the 1975 epic that made the singer/songwriter a superstar. Appel appears in the documentary, in which he and Springsteen speak about each other without acrimony. Springsteen states that the suit was a bid not for money but for control of his career. (In 1977, freed from contracts with Appel, he hired current manager and Born to Run and Darkness co-producer Jon Landau, a major presence in the film.)

Darkness also was haunted and enriched by Springsteen’s struggle to come to terms with his success and with a growing sense of social awareness. He wrote most of the songs while living on a farm in Holmdel, N.J., not far from the working-class neighborhood where he was raised.

“I became interested in the mystery of my family life, and in its larger social implications,” he says. “Initially you’re not very interested in your parents as people, but in my late 20s, I started to have enough distance to see their story, and I found it compelling and provocative.”

The plaintive song Factory, for instance, was inspired by Springsteen’s father, who lost his hearing after working amid the noise in a plastics plant, as he recounts in the film. “I wanted to delve into the personal and try to connect it to the political, and to write about things that were permanent. Work, family, relationships — generation after generation, those things are the essence of our experience.”

The resulting songs are leaner and grittier than the majestic soundscapes of Born to Run. Though Darkness has sold 3 million copies to date, about half as many as the previous album and only a fraction of the 15 million sold by his 1984 smash, Born in the U.S.A., critics consider it a pivotal work.

Reviewing the album in Rolling Stone, future Springsteen biographer Dave Marsh wrote: “Occasionally, a record appears that changes fundamentally the way we hear rock & roll. … I have no doubt that (Darkness) will someday fit as naturally within that list as the Rolling Stones’ Satisfaction or Sly and the Family Stone’s Dance to the Music.”

Time clearly hasn’t diminished the pundits’ enthusiasm. “It’s the record where Bruce grew up,” says Rolling Stone contributing editor Anthony DeCurtis. “Born to Run, tremendous as it was, was like a last wail of adolescence, of the romantic agony that you go through as a young person. On Darkness, he takes a hard look at what people’s lives are really like, at who gets opportunities and who doesn’t. There’s no longer that sense that somehow rock ‘n’ roll is going to save everything.”

Springsteen, too, sees Darkness, with its vivid depiction of everyday lives, dreams and disenchantment in now-classic tunes such as Badlands and Racing in the Street, as a transition point. “Some of the big themes I started to write about here, you’ll spot them intermittently on my first three records. But it was really on Darkness and then (1980′s) The River and (1982′s) Nebraska and Born in the U.S.A. that they came to the fore.”

The band wasn’t just trying to make a record, he says, “we were trying to make an essential record. So that if you were interested in rock music, interested in what was at stake in the late ’70s culturally, then you had to deal with this particular piece of music. That became a blueprint for the way we continued to work, and I think that thoughtfulness has resonated over the long haul. The songs are still a vessel for the topics I want to discuss.”

Since his youth, Springsteen has viewed popular music as a “natural freedom promoter. You listened to Elvis’ records or Woody Guthrie’s or Hank Williams’ and suddenly you had more breathing room, more license to be who you wanted to be. I’ve always felt that there were enormous political implications to Elvis’ career. As a very feminized man who crossed racial lines, he was a bit of a precursor to the sexual revolution and the civil rights era — without uttering a political or rhetorical word in any of his songs.”

For Springsteen, the more politically conscious songs on Darkness “haven’t become dated” in the 32 years since its release. “If anything, they’re more relevant right now.” He notes that the album was crafted “during the Carter recession.” The country’s mood has darkened, he acknowledges, since the 2008 presidential campaign, when he supported Barack Obama.

“It’s tough, because when people are out of work, they’re hurt and angry. But we’ve been living through economic troubles for years. One of the biggest issues right now is the disparity in wealth, and that’s been growing through all the boom times. We’ve worked with a lot of food banks over the past 25 years. There are constantly people dropping out of the middle class.”

Spingsteen_Winterland_Racing_.jpg

Still scribbling notes

Of Obama’s performance as president, Springsteen says: “I continue to have great faith in him. There’s that quote that says you campaign in poetry and govern in prose — or you campaign as a visionary and govern as a legislator. Maybe that’s something he suffers from, or something people are struggling with. But I think President Obama is very smart and very steady.”

With The Promise, Springsteen hopes to flesh out his own image, particularly for younger fans who had not seen or heard his work with the E Street Band before the late ’80s. “After I got the band back together again in 1998 or 1999, we did a few tours and made some good records, and I realized that there were a lot of kids coming to the shows. I thought it would be nice to put together a record of what we did at that earlier time.”

For the old faithful, the coming box set The Promise: The Darkness on the Edge of Town Story will include 21 previously unreleased songs, also available on a two-CD set, The Promise. The tunes include Springsteen’s recordings of Because the Night and Fire, respectively hits for Patti Smith and the Pointer Sisters.

“All the tracks except one were recorded 30 years ago,” Springsteen says, but didn’t make the final cut. “I just decided that I wanted to say something else at the time. I wanted to wait until I felt I could have an essential conversation with my audience.”

It hasn’t yet been determined when that conversation will resume in the form of a new studio album. At the moment, Springsteen is focused on seeing his 16-year-old son, Sam — the youngest of his three children by wife and E Street member Patti Scialfa— through his junior year of high school. But he’s still finding time to scribble in notebooks.

“I want to write some more good songs, play some more good shows,” Springsteen says. “I want to come back and look again into all those wonderful faces that I’ve been looking into for the past 35 years. I just do what I do, you know?”

Bruce Springsteen explore l’époque de Darkness

NEW YORK — Bruce Springsteen écrit encore les chansons à l’ancienne mode. C’est-à-dire que le Boss garde son processus initial de création low-tech.”J’ai ce gros cahier”, dit-il, tendant ses mains pour insister et affichant un sourire visiblement rempli d’auto dérision. “C’est le même genre, que j’ai toujours utilisé, avec tout écrit à la main.”Springsteen_-The_Promise_.jpgDans le documentaire The Promise: The Making of Darkness on the Edge of Town, dont la première a lieu jeudi sur HBO, les images en noir et blanc montrent un Springsteen de 27 ans feuilletant un cahier identique tout en travaillant sur Darkness on the Edge of Town, l’album 1978 qui a forgé sa réputation comme un grand troubadour américain. Un coffret de 3 CD et 3 DVD comprenant le film, propose une reproduction de 80 pages, avec fac-similés de ses paroles griffonnées, des idées de chansons et d’enregistrement ainsi que des notes personnelles de l’époque. Sa couverture bleue évoque un objet aprécié des écoliers depuis bien avant l’ère de l’information. “Mon nouveau cahier ressemble à cela,” il confirme. “Peut-être que la couleur est différente, mais c’est tout.”Peut-être que c’est tout à fait approprié, étant donné la réponse de l’icône du rock agé de 61 ans, se regardant lui-même jeune homme avec ses collaborateurs de longue date du E Street Band dans le film réalisé par Thom Zimny. La première a reçu un large succès en septembre au Festival du film de Toronto.

“Beaucoup de choses ont changé, et pourtant pas tant que ça,” raconte Springsteen, en forme et détendu dans une chemise à carreaux et jeans, lors d’une causerie dans une chambre d’hôtel de Midtown. “Nous en savons tous beaucoup plus sur ce que nous faisons maintenant, ce qui est bon, parce que nous étions vraiment des amateurs à l’époque. Mais la même intensité demeure pour ce qui est de faire de la musique – l’idée qu’elle devrait compter, qu’elle devrait valoir la peine d’y penser fortement.”

Un tournant

En effet, The Promise, – qui jongle avec des images de répétitions, de séances de studio et de concerts entre 1976 et 1978 avec de nouvelles interviews avec Springsteen, de E Streeters et d’autres collègues – retrace l’enregistrement de Darkness et la croissance artistique et personnelle durement gagnée qui marque l’album, le quatrième de Springsteen.

Darkness a été retardée par une action en justice lancée par Springsteen contre son manager d’alors Mike Appel, qui avait co-produit les albums précédents, y compris Born to Run, l’épopée de 1975 qui fait du chanteur/auteur/compositeur une superstar. Appel apparaît dans le documentaire, dans lequel lui et Springsteen parler l’un de l’autre sans acrimonie. Springsteen indique que ce procès était une action non pas pour l’argent mais pour le contrôle de sa carrière. (En 1977, libéré de tout contrat avec Appel, il a engagé son manager actuel et co-producteur de Born to Run et Darkness, Jon Landau, une présence importante dans le film.)

Darkness était également hanté et enrichi par la lutte de Springsteen à se réconcilier avec son succès et avec un sens croissant de la conscience sociale. Il a écrit la plupart des chansons tout en vivant sur une ferme à Holmdel, New Jersey, non loin du quartier populaire où il a grandi.

“J’ai commencé à être intéressé par le mystère de vie de ma famille, et plus largement par ses implications sociales,” dit-il. “Au début, vous n’êtes pas très intéressé par vos parents en tant que personnes, mais à l’approche des 30 ans, j’ai commencé à avoir suffisamment de recul pour voir leur histoire, et je l’ai trouvé fascinante et faisant réfléchir.”

Le chanson plaintive, Factory, par exemple, a été inspiré par le père de Springsteen, qui a perdu de son audition, après avoir travaillé au milieu du bruit dans une usine de matières plastiques, comme il le raconte dans le film. “Je voulais plonger dans le personnel et essayer de le connecter à la politique, et d’écrire sur des choses qui ont été permanentes. Le travail, la famille, les relations – génération après génération, ces choses-là sont l’essence même de notre expérience.”

Les chansons qui en résultent sont plus dépouillées et plus rugueuses que les paysages sonores majestueux de Born to Run. Bien que Darkness ait été vendu à 3 millions d’exemplaires à ce jour, environ moitié moins que l’album précédent et seulement une portion des 15 millions d’exemplaires vendus par son carton de 1984, Born in the USA, que les critiques considèrent comme une œuvre charnière.

En faisant la critique de l’album dans le magazine Rolling Stone, le futur biographe de Springsteen Dave Marsh écrivait: “De temps en temps, un disque apparaît qui change fondamentalement la façon dont nous entendons rock & roll… Je n’ai aucun doute que (Darkness) s’installera un jour aussi naturellement dans cette liste que Satisfaction des Rolling Stones ou Dance to the Music de Sly and the Family Stone.”

Le temps n’a clairement pas diminué l’enthousiasme des experts. “C’est le disque où Bruce a grandi”, affirme Anthony DeCurtis, l’ éditeur collaborant au magazine Rolling Stone. “Born to Run, énorme comme il était, c’était comme un dernier cri de l’adolescence, de l’agonie romantique où vous devenez une jeune personne. Sur Darkness, il porte un regard dur sur ce que à quoi ressemble la vie des gens, sur ceux qui obtiennent opportunités et ceux qui n’en ont pas. Il n’y a plus cette idée que le rock’n'roll va en quelque sorte tout sauver. ”

Springsteen, lui aussi, voit Darkness comme un point de transition, avec sa représentation vivante de la vie quotidienne, les rêves et les désillusions dans des chansons désormais devenues des classiques comme les Badlands et Racing In The Street. “Quelques-uns des grands thèmes que j’ai commencé à écrire ici, vous les repérez de façon intermittente sur mes trois premiers disques. Mais c’est vraiment sur Darkness puis The River (1980), Nebraska (1982) et de Born in the USA qu’ils ont été mis au premier plan.”

“Le groupe n’essayait pas simplement de faire un disque,” dit-il, “nous avons essayé de faire un disque essentiel. De telle manière que si vous vous intéressiez à la musique rock, à ce qui avait culturellement de l’intérêt à la fin des années 70, alors vous avez dû vous intéresser à ce morceau particulier de musique. C’est devenu un modèle pour la façon dont nous avons continué à travailler, et je crois que le sérieux a résonné sur le long terme. Les chansons sont toujours un instrument pour les sujets dont je veux discuter.”

Depuis sa jeunesse, Springsteen a vu la musique populaire comme un vecteur de “liberté naturelle”. Vous écoutiez les disques d’Elvis, de Woody Guthrie ou d’Hank Williams et tout à coup vous aviez plus d’espace pour respirer, plus de liberté pour être ce que vous vouliez être. J’ai toujours pensé qu’il y avait d’énormes implications politiques à la carrière d’Elvis. En tant qu’homme très féminisé qui a traversé les frontières raciales, il était un peu un précurseur de la révolution sexuelle et l’époque des droits civiques – sans prononcer une parole politique ni un discours rhétorique dans l’un des ses chansons.”

Pour Springsteen, les chansons les plus politiquement conscientes de Darkness “ne sont pas datées” malgré les 32 années écoulées depuis leur sortie. “Elles sont plus pertinentes aujourd’hui, peut être même trop.” Il note que l’album a été conçu “au cours de la récession Carter.” “L’humeur du pays s’est assombrie,” reconnaît-il, depuis la campagne présidentielle de 2008, quand il a soutenu Barack Obama.

“C’est difficile, parce que quand les gens sont sans travail, ils sont blessés et en colère. Mais nous vivons au travers des difficultés économiques depuis des années. Un des plus grands problèmes en ce moment est la disparité des richesses, qui s’est accentué durant les périodes de croissance. Nous avons travaillé avec beaucoup de banques alimentaires au cours des 25 dernières années. Il y a toujours des gens qui décrochent de la classe moyenne.”

Toujours griffonner des notes

De la performance d’Obama en tant que président, Springsteen a dit: “je continue d’avoir une grande confiance en lui. Il y a cette citation qui dit que vous faites campagne dans la poésie et que vous gouvernez en prose – ou vous faites campagne comme un visionnaire et vous gouvernez en tant que législateur. Peut-être que c’est quelque chose dont il souffre… ou quelque chose avec laquelle les gens ont du mal. Mais je pense que le président Obama est très intelligent et très mesuré.”

Avec The Promise, Springsteen espère étoffer son image, en particulier pour les fans les plus jeunes qui n’avaient pas vu ou entendu son oeuvre avec le E Street Band avant la fin des années 80. “Après avoir réuni le groupe en 1998 ou 1999, nous avons fait quelques tournées et fait des bons albums, et j’ai réalisé qu’il y avait beaucoup de gamins à nos shows. J’ai pensé qu’il serait bon de réunir sur un disque ce que nous avions fait plus tôt.”

Pour les anciens et les fidèles, le prochain coffret The Promise: The Darkness on the Edge of Town Story comprendra 21 chansons inédites, également disponibles sur deux CD, The Promise. Le disque contient les enregistrements de Springsteen Because The Night et Fire, des hits respectivement pour Patti Smith et les Pointer Sisters.

“Toutes les pistes sauf une ont été enregistrées il y a 30 ans”, dit Springsteen, mais n’a pas fait partie de la sélection finale. “J’avais décidé que je voulais dire quelque chose d’autre à l’époque. Je voulais attendre jusqu’à ce que je sente que je pouvais avoir une conversation essentielle avec mon public.”

Il n’a pas encore été décidé du moment où cette conversation sera reprise sous la forme d’un nouvel album studio. À l’heure actuelle, Springsteen est focalisé sur son fils de 16 ans, Sam – le plus jeune de ses trois enfants qu’il a eu avec sa femme, Patti Scialfa, membre du E Street – sur sa dernière année junior de l’école secondaire. Mais il trouve encore le temps de griffonner dans des cahiers.

“Je veux écrire quelques bonnes chansons, jouer quelques bons concerts,” dit Springsteen. “Je tiens à revenir et à nouveau examiner tous ces visages merveilleux que je cherche depuis les 35 dernières années. Je fais juste ce que je fais, vous savez?”

 

Springsteen Fall Tour 2012 Book Sale!
Discover the Limited Edition Bruce Springsteen book, The Light in Darkness.
The Light In Darkness is a collector’s edition, we are almost sold out. Less than 225 copies remain. A great companion piece to The Promise box set, it focuses on the 1978 Darkness on The Edge of Town album and tour.
Read about the iconic concerts from fans who were there- the Agora, Winterland, Roxy, MSG, Capitol Theatre, Boston Music Hall, The Spectrum and over seventy more! A perfect gift for the holidays.
Click Here to Order Now: The Light in Darkness

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>